Méthode pour arrêter de fumer : les séances de sophrologie

Méthode pour arrêter de fumer : les séances de sophrologie

Méthode pour arrêter de fumer : les séances de sophrologie
5 (100%) 1 vote
Vous souhaitez stopper la cigarette pour des raisons financières, pour prendre soin de votre santé ou pour des raisons médicales? La motivation est là mais vous ressentez le besoin de vous faire aider et d’avoir un soutien. Pourquoi pas la sophrologie!
La sophrologie est une technique qui permet d’aider les personnes désireuses d’arrêter de fumer en toute sérénité. C’est une technique qui vise à gérer son émotionnel à l’aide de techniques simples et applicables en toutes circonstances. Le mot sophrologie signifie harmonie de l’esprit. Elle  nous offre la possibilité d’apprendre à mieux à contrôler ses émotions et à devenir serein face à des peurs ou à un sevrage qui peut rendre nerveux.

Se sentir prêt à arrêter : la clef du succès

La première étape avant même de commencer la sophrologie est de vouloir arrêter de fumer. Votre sophrologue va, avec votre aide, faire une liste de tous les points positifs concernant l’arrêt du tabac dans votre vie. Ainsi, si les aspects positifs à l’arrêt deviennent plus nombreux que les raisons pour lesquelles vous fumez, vous serez prêt à en finir avec cette addiction.

Voici quelques exemples des effets du tabac et qui vont vous conforter dans cette idée:

  • Il rend le teint pâle
  • Il laisse une mauvaise odeur qui nous suit toute la journée
  • Il donne mauvaise haleine
  • Il nous essouffle rapidement, le moindre escalier à monter devient un effort
  • Il réduit nos performances sportives
  • Il provoque des maladies graves, un stress oxydatif
  • Il augmente le rythme cardiaque
  • Il implique une dépendance physique et psychique

Agir avec la sophrologie

La sophrologie va agir à la fois sur la dépendance physique et mentale, un peu comme l’hypnose. Vous pourrez trouver plus d’informations sur l’arrêt du tabac avec l’hypnose sur le site stop le tabac.

Le tabac agit sur notre corps : la nicotine joue un rôle sur le cerveau en augmentant les récepteurs nicotiniques à la surface des cellules nerveuses. Lorsque ces mêmes cellules ne reçoivent pas de nicotine, il se créé un manque et la dépendance est la. La dépendance physique s’estompe généralement au bout de quelques semaines : 4 à 8 en moyenne.

La dépendance psychologique s’avère souvent plus compliquée à traiter. L’arrêt peut provoquer des appréhensions, des peurs qu’il faut alors identifier. La sophrologie va travailler sur l’état de conscience et d’ancrage de la personne : vous êtes pleinement conscient des bénéfices d’une vie sans cigarette, vous êtes sûr de vous et de votre choix.

Enfin, il existe une dépendance comportementale qui influe sur l’arrêt du tabac. Le rôle social et les nombreuses habitudes de fumer peuvent être très présents chez le fumeur : la cigarette du matin ou celle qui accompagne le café, celle avec les collègues pendant la pose, celle en soirée… La sophrologie va alors vous permettre de mettre en place de nouveaux automatismes, de nouveaux réflexes pour remplacer la cigarette en toute sérénité.

Les exercices de sophrologie pour se débarrasser du tabac

Les différents exercices que la sophrologie propose permettent un lâcher prise physique et mental.
Les exercices pour éliminer le stress physique vont s’orienter autour d’une approche dynamique. La sophrologie dynamique a pour but de contracter son corps pendant une durée déterminer puis de le relâcher. Ainsi, on ressent pleinement la relaxation musculaire et on évacue ainsi toutes les tensions corporelles accumulées.
Cette technique est très importante lorsque le fumeur ressent une tension physique importante, lorsqu’il lutte pour ne pas allumer sa cigarette.
Les exercices visant à réduire le stress mental sont différents : on utilise beaucoup la visualisation. Celle-ci nous permet de créer de nouvelles habitudes agréables en laissant notre esprit visualiser une vie sans tabac ET agréable. On prend alors du plaisir lors du sevrage et non du stress.
On remplace les peurs par des situations positives. On apprend à nouveau à être heureux sans tabac. On peut également travailler sur la conscience avec des gestes « signal » qui permettront dans tout moment critique de remplacer l’action de fumer par une autre qui procurera du plaisir à la personne, autant que si elle fumait une cigarette.
On habitue progressivement son cerveau à d’autres pratiques, on le conditionne à agir différemment en douceur. Ainsi la dépendance psychologique à la cigarette n’est plus un problème.

Conclusion

L’arrêt du tabac est une étape importante et souvent très délicate chez les fumeurs. Les aides, méthodes et exercices disponibles sont variés et il convient à chacun de trouver celui qui lui convient. Il n’y a pas de recette miracle ci ce n’est la volonté du fumeur.
La sophrologie est un appui, un soutien très efficace et doux. La personne acquiert rapidement des techniques simples et pratiques à intégrer dans son quotidien. Sans s’en rendre compte, elle va réussir à contourner les mécanismes de dépendance afin de stopper la cigarette. Un suivi de 4 à 6 séances de sophrologie est généralement conseillé.
Il est souvent dit que le fait d’arrêter le tabac fait grossir : il suffit de prendre quelques précautions diététiques afin de ne pas prendre de poids. La majeur partie de la prise de poids est liée au fait que la personne compense son addiction avec la nourriture. Si vous ne vous sentez pas en manque et que vous êtes détendu, cette compensation n’aura pas lieue et vous ne prendrez pas de poids.

Pour vous donner du courage, je vous propose de lire quelques chiffres qui parviendront sans doute à vous convaincre de vivre sans tabac:

  • En 20 mn, les battements du cœur et la pression sanguine reviennent à la normale
  • En 8 heures, votre sang a perdu la moitié du monoxyde de carbone apporté par la cigarette et vos cellules s’oxygènent à nouveau normalement
  • En 24 heures, les poumons éliminent doucement le mucus et les résidus formés par la fumée ingérée. Le risque d’infarctus du myocarde diminue
  • En 48 heures, vous retrouvez une partie du gout et de l’odorat car les cellules responsables du gout commencent à se reformer normalement
  • En 72 heures vous respirez plus facilement car les bronches se relâchent : vous avez plus d’énergie
  • Au bout de 2 semaines jusqu’à environ 12 semaines c’est la toux qui baisse; vos performances physiques augmentent petit à petit
  • De 1 à 9 mois, les cils présents sur les bronches peuvent repousser
  • Au bout de 1 an, vous diminuez de moitié le risque d’infarctus du myocarde et le risque d’accident vasculaire cérébral n’est pas plus élevé que celui d’un fumeur
  •  Au bout de 10 à 15 ans , votre espérance de vie est revenue identique à celle d’un non fumeur.

N’hésitez plus, la vie sans tabac, c’est tellement plus confortable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *