Faut-il bannir les produits de l’industrie agroalimentaire ?

Faut-il bannir les produits de l’industrie agroalimentaire ?

Faut-il bannir les produits de l’industrie agroalimentaire ?
3 (60%) 1 vote

L’agroalimentaire regroupe tous les métiers d’une vaste chaîne qui part de la production agricole dans les champs, passe par un processus de transformation en usine et finit par nous être présenté en produit fini sur les étalages de nos supermarchés. Cependant, la révélation de nombreux scandales alimentaires nous pousse à être de plus en plus méfiants envers ces produits. Faut-il ou non les exclure de nos assiettes ?

Les scandales révélés par la presse

Depuis quelques années déjà, la révélation de plusieurs scandales alimentaires nous pousse à devenir méfiants sur les produits que l’on achète au supermarché. Avec les affaires concernant la provenance de la viande par exemple, les consommateurs sont devenus plus exigeants et il a été nécessaire de faire revenir des artisans bouchers-charcutiers-traiteurs afin de rassurer les clients des magasins sur la qualité des produits proposés. Néanmoins, il est encore parfois difficile de déchiffrer certaines étiquettes et de savoir ce qui se cache derrière les dénominations illisibles d’un ingrédient.

Une majorité d’entreprises locales

Une bonne partie des scandales alimentaires concernent de très grands groupes français voire des firmes multinationales. Pour autant, il ne faut pas croire que le secteur ne soit constitué que de gros acteurs. La plupart des usines françaises sont de petites et moyennes structures qui sont implantées localement dans nos régions comme c’est le cas en Bretagne qui en accueille beaucoup. La plupart d’entre elles restent à l’échelle humaine et fabriquent des produits de qualité.

Des emplois à la clé

En France, on compte plus de 16 000 entreprises dans le secteur agroalimentaire. Le chiffre d’affaires atteint presque les 200 000 milliards d’euros. C’est donc un secteur qui recrute et qui crée de nombreux emplois. Chaque année ce sont des dizaines de milliers de jeunes qui suivent une formation en alternance dans des écoles spécialisées. Dire non aux produits de l’industrie alimentaire, c’est mettre à mal une économie qui fait notre richesse et nous pousserait à les remplacer par l’importation de produits dont la provenance nous échapperait encore plus.

Une surveillance accrue

Aujourd’hui, l’industrie alimentaire a pris acte des erreurs commises par certaines entreprises. Chaque année, les centres de formation professionnelle proposent des cursus spécialisés dans le contrôle de la qualité des produits. Premièrement, des emplois d’ingénieurs dans la conception de produits de qualité sont créés. Deuxièmement, on forme des techniciens à la vérification du respect des mesures d’hygiène au niveau de l’entretien des locaux, des machines, et à l’application des process de sécurité, au contrôle de la qualité des machines, de l’ensemble de la chaîne de production ainsi qu’en matière de conservation et de transport des marchandises.

Des normes toujours plus strictes

L’État légifère beaucoup pour améliorer la qualité des produits que l’on trouve dans la grande distribution. C’est pour cette raison que les normes de sécurité et d’hygiène à respecter dans l’agroalimentaire. Il y a les règles relatives à la propreté et la sécurité, celles qui concernent la conservation, le respect de la chaîne du froid ou encore les mesures concernant le transport. Enfin des normes spécifiques ont été mises en place dans le cadre de l’harmonisation européenne pour informer les clients de la provenance, la composition et les valeurs nutritionnelles des produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *